La bonne distance

La bonne distance

Je n’ai rien raconté de précis concernant mes courses ou mes entraînements depuis le Trail des Garciaux : je ne voyais pas comment écrire quelque chose de nouveau par rapport aux récits précédents. Pire : elles se sont très bien passées, ce qui ne fait pas bonnes histoires. Ca n’a pas empêché ma pratique d’évoluer entre temps et il est temps de consigner ici quelques unes de mes réflexions, des fois que ça soit utile à quelqu’un ou à mon futur moi.

Lire la suite

Récit du trail des Garciaux 2016

Récit du trail des Garciaux 2016

Mai 2016. Il fait … chaud… Les visages rougissent et ruissellent, écrasés de soleil. Nous courons d’un pas cadencé en file indienne en direction de la prochaine forêt dont nous anticipons la fraîcheur bienvenue. Depuis la grande pénurie d’essence et de pétrole, nous avons du réapprendre à organiser nos vies : nos déplacements, notre nourriture, nos lieux d’habitation, tout a changé. Quant aux coureurs, ils ont désormais un statut spécial : celui de pouvoir rejoindre des points éloignés pour distribuer ou aller chercher matériel et denrées diverses en passant par les terrains les plus escarpés. En seulement trois heures, nous pouvions rejoindre les villages de la vallée, et les plus aguerris d’entre nous repartaient presque aussitôt pour ramener leur butin le jour même. Le trail était mon loisir, il est désormais un ingrédient indispensable de ma survie et notre sport une caste respectée.

Lire la suite

Récit du trail des galopades tranchaises

Récit du trail des galopades tranchaises

Et voilà c’est fait, j’ai couru mon premier trail, et j’ai adoré.  Un très joli parcours qui sillonne les pinèdes vallonnées puis offre une superbe échappée au bord de la mer; une organisation au top, de jolies rencontres et un temps qui fut au final magnifique en dépit d’une météo boudeuse qui s’obstinait à nous annoncer de la pluie tout le week-end.

Lire la suite

Meurs, montre GPS.

Je viens de refermer un magazine de jogging avec un hors-série sur le marathon et sa préparation. Tout à coup j’ai le tournis et à dire vrai presque la nausée : je fais une indigestion de fractionnés, de temps de récupération, de vO2max, du nombre et de type de sorties par semaine qu’il faut faire, de leur durée, du pourcentage de fréquence cardiaque à ne pas dépasser. Je dois calculer tout un tas de machins et de bidules grâce à des accéléromètres sur mes chaussures, un GPS au poignet, un satellite dans le cul.

Lire la suite