Fabriquer ses sandales huaraches soi-même.

Fabriquer ses sandales huaraches soi-même.

Cela fait maintenant quelques mois que je cours régulièrement en sandales huaraches. Non seulement elles offrent des sensations au plus proche du pied nu, mais en plus c’est une bonne manière de faire un doigt d’honneur à la sur-industrialisation du marché de la chaussure : ça ne coûte rien et pire; on peut les fabriquer soi-même. J’ai donc fini par m’y essayer, je vous partage ici ce premier essai.

edit du 11 décembre 2016 : j’ai préféré retirer cet article qui n’était pas suffisamment qualitatif à mon sens, par manque d’expérience sur la fabrication de sandales.

C’est à la fois très facile à faire et en même temps facile à rater (un trou mal placé, une corde trop rèche et ça devient désagréable), mon article n’était pas suffisamment fourni à mon sens pour être un véritable tuto complet.

Sachez que globalement il est assez facile de trouver des plaques pour découper vos semelles (j’avais acheté mes plaques de supernewflex ici : http://www.extremtextil.de/ ), qu’il faut une pince perforatrice pour faire les trous (ça se trouve pour moins de 10 euros en magasin de bricolage.)

L’épaisseur et le type de la semelle dépendent de vos envies, ma paire préférée reste celle de 8mm en Supernewflex, je trouve le confort très agréable sans vraiment perdre en sensations par rapport à une semelle plus fine, sans doute grâce à sa grand souplesse.

J’avais commencé à expérimenter avec de nouveaux laçages pour limiter la possibilité de frottements mais au final, quand j’ai envie de plus de confort aujourd’hui, je porte tout simplement une chaussettes 5 doigts qui permet aux lacets de ne pas être directement au contact de la peau. Du coup, même si le laçage n’est pas 100% parfait au niveau du serrage, ça reste parfaitement confort; à tel point que je préfère très très largement les sandales huaraches au Five Fingers, tout simplement parce que le pied reste à l’extérieur et libre plutôt que dans un gant.

Evidemment les Five Fingers ont d’autres avantages, notamment la suppression de la problématique du lacet qu’il faut heu … lacer, qui peut casser ( ça ne m’est pas encore arrivé mais ça peut arriver) et le fait que le pied est justement dans un gant, ce qui le protège aussi un peu mieux des agressions extérieures.

Mais c’est pas du tout le sujet de l’article.

Vous trouverez donc sans souci d’autres tutoriels sur internet ou youtube pour fabriquer vos propres sandales. Si vous manquez de temps, vous pouvez toujours voir ce site où j’avais commandé ma première paire, qui reste celle que j’utilise aujourd’hui le plus souvent car il sied fort bien à mon pied : http://sandalesminimalistes.blogspot.fr/

Publicités

6 réflexions sur “Fabriquer ses sandales huaraches soi-même.

  1. Cet article tombe à point : au départ du Paris-Versailles le speaker a parlé à un coureur prenant le départ avec des « tongs » (dixit le speaker) que le coureur a présenté comme étant des huaraches. Enfant de banlieue des années 80/90, pour moi c’était des Nike et du coup je n’arrivais pas à faire le lien… me voilà instruit ! ;-)

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est un peu comme des Five Fingers mais en pas cher; le principe restant dans les deux cas d’avoir une fine semelle vibram et rien d’autre au plus près du pied, pour améliorer la proprioception (et potentiellement la foulée par la prise de conscience plus affutée des appuis )

      J'aime

  2. Super article :)
    tu comptes essayer quel type de laçage ? J’ai des sandales aussi et je faisais le même laçage que toi mais j’ai toujours des petites difficultés à bien lacer les huaraches (ça me cisaille entre les orteils parfois). J’en ai testé un autre, ça a été une cata, j’ai du m’arrêter 3 fois pour relacer.
    En tout cas les huaraches avec chaussettes sont agréable pour l’automne par rapport aux VFF !

    J'aime

    • Hello ! Je voulais en inventer un en m’inspirant du laçage classique mais en ajoutant un passage de la cordelette à l’horizontal à l’avant juste au dessus des orteils (un peu comme là : https://xeroshoes.com/barefoot-sandal-tying/andes-blinged-out-tying-1/ ). J’aurais voulu aussi trouvé une astuce pour bien plaquer la semelle à l’arrière du pied contre le pied sans que ça repose uniquement sur l’arrière du talon. Mais comme ces derniers temps je cours en chaussures plus classiques je n’ai pas encore pu essayer.

      Sinon pour ton souci de gêne entre les orteils, ça peut se jouer à pas grand chose : un serrage un peu trop fort, un peu trop lâche, une cordelette pas placé comme cela te convient à l’avant ou (plus embetant), le trou qui n’est tout simplement pas au bon endroit (trop à gauche, à droite, en haut ou en bas quand tu te mets à courir ).

      Pour ma part il se fait en général complètement oublier quand je sers bien à l’avant, que je laisse plutôt lâche à l’arrière, et que la cordelette qui part des orteils est bien « parallèle » à l’intérieur de mon pied (et pas un peu « croisé » vers l’autre côté du pied comme beaucoup le font.). On peut voir vite fait ( c’est le cas de le dire) ce que ça donne ici : https://www.youtube.com/watch?v=WJwepaeFm24

      J'aime

      • Ok, merci beaucoup pour les conseils, peut-être que le trou n’est pas bien placé en effet, et c’est vrai que j’ai souvent la cordelette qui part des orteils qui est un peu en diagonale ! Je vais travailler ça :)

        J'aime

        • PS : j’ai mis à jour l’article ( plutôt supprimé d’ailleurs), pour le problème de frottements j’y évoque l’option chaussettes 5 doigts que je trouve super efficace.

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s