La meilleure des chaussures

La meilleure des chaussures

Avec le retour de la douceur printanière et du soleil sur Nantes,  les trottoirs sont désormais souvent secs, alors je n’ai pas résisté à l’appel  d’une sortie pieds nus en ville en fin de matinée. Five Fingers à la main, au cas où je voudrais prolonger la ballade au-delà de ma résistance plantaire, et lunettes sur le nez pour mieux voir arriver les bouts de verre.

A peine le pied en dehors de la maison, je sens la chaleur du trottoir sous mes pieds, délicieuse mais surprenante sensation, tellement nous sommes habitués à être coupés du sol.  Les Fives fingers ont beau être parmi les chaussures les plus minimalistes qui soient, on est pourtant encore loin des sensations du pieds nus malgré la finesse de la semelle.

Je suis décidé à prolonger un peu plus la ballade que lors de mes dernières tentatives. La plupart des routes et trottoirs en bas de chez moi sont granuleux, difficile de tenir plus de 5 à 10 minutes pour moi sur ce genre de surface car je ne cours pieds nus qu’une fois par semaine, tout au plus. Je change donc de stratégie et je marche jusqu’à trouver un trottoir lisse et ensoleillé, puis je pars en trottinant. On imagine pas comme il est doux de courir sur ce genre de surfaces lisses et dures si on a pas essayé.

Je suis toujours étonné de constater à quel point courir me semble un geste naturel quand je suis pieds nus. Je ne me pose aucune question et il y a une mécanique qui se met en place toute seule : la cadence s’accélère et l’avant pied retrouve un rôle de « sondeur » qui disparaît en chaussures ( et atténué en Five Fingers ): avant de déposer le talon on « tâte le terrain » avec  l’avant pied, une fraction de seconde; et en fonction des informations perçues l’appui s’adapte.

J’improvise mon itinéraire en suivant le soleil et les surfaces lisses pour économiser ma résistance plantaire au maximum et profiter du printemps naissant. Cela fait déjà 10 minutes que je cours et je ne sens toujours aucune sensibilité alors je continue.

Il y a comme d’habitude quelques bouts de verres par-ci par-là à esquiver mais je les vois arriver de loin. Cette absence totale de protection a aussi ses avantages : il est beaucoup plus rare d’avoir la cheville qui part en vrille sur un appui douteux ( ça ne m’est jamais arrivé pieds nus ni en Five Fingers pour le moment ) et la foulée me paraît moins traumatisante : plus courte, plus rythmée avec une oscillation verticale réduite. Quand la surface me semble trop rugueuse, je marche quelques mètres pour ne pas me bouffer la résistance plantaire en 10 secondes sur un sol inamical.

Je parviens finalement à courir environ 20 minutes ( pour 3,5 kilomètres ), en finissant par 200m de chemins et d’herbe, c’est pas mal du tout ! Je sens que ça commence à picoter sous les pieds, je rentre sagement pour ne pas être sanctionné de ce joli moment par des ampoules. Ca veut dire que je ne suis pas si loin de pouvoir enchainer 5km pieds nus si je continue à y aller progressivement.

Je rentre aussi détendu que si on m’avait fait un massage des pieds, l’esprit serein encore bercé de soleil, et agréablement surpris d’avoir pu prolonger aussi longtemps. En me lavant les pieds au retour ( sur ce point la chaussure reste gagnante … ), je constate que des coussinets commencent à se former à l’avant pied, à l’endroit où le pied touche le sol en premier. C’est moelleux et bien moins sensible que le reste du pied, ça ressemble en fait vaguement à un coussinet de patte de chat. Comme quoi les sorties précédentes pieds nus avaient beau être courtes, elles n’étaient finalement pas restées sans effet.

 

Publicités

3 réflexions sur “La meilleure des chaussures

    • Trop sensible, c’est à dire des douleurs ? Tu as des chaussures avec un renfort pour la voûte ? La voute plantaire à tendance à se renforcer et se redessiner avec le pied nu car elle retrouve son rôle d’amortisseur (parait-il, en tous cas les témoignages des coureurs pieds nus vont en ce sens). Rien de fou je t’assure, j’ai commencé parce que j’ai senti que ça me faisait du bien et j’y suis allé très progressivement.

      J'aime

      • Trop sensible dans le sens où pied nus je ne supporte pas les irrégularités du sol. Tu vois la nana qui braille parce que les coquillages « font mal aux pieds » en bord de mer… bin c’est moi ! Alors courir pieds nus n’est même pas envisageable. Mais respect à ceux qui le font ;)

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s