Test des Merrell Bare Access Trail

Test des Merrell Bare Access Trail

Reçues en automne dernier, j’ai désormais un peu de recul sur les Merrell Bare Access Trail que j’utilise régulièrement. En commençant la course à pied, je me suis rapidement intéressé à la tendance minimaliste. Le hic, c’est que j’aime aussi dévaler les descentes à toute vitesse en pleine nature : je me suis donc mis à chercher des chaussures capables de protéger parfaitement mes pattes tout en restant compatibles avec mes velléités minimalistes.

Ca tombe bien, c’est tout à fait ce que prétendent faire les Merrell Bare Access Trail, à en croire la description par Merrell :

Conçue pour les coureurs portant des chaussures barefoot à la recherche d’une meilleure protection contre les impacts, cette chaussure de trail running  offre un contact de plein pied et une foulée naturelle, ainsi qu’un amorti uniforme soutenu de la plante du pied pour atténuer les impacts. Cette chaussure de course de 0 mm de hauteur vous offre une foulée confortable et un excellent contact au sol des sentiers difficiles.

http://www.merrell.com/FR/fr_FR/homme-chaussures-voir-tout/17461M.html#.Vr8FHXThDjA

Et comme je suis influençable, les avoir vu aux pieds de Joan Roch lors d’ultra-trails m’a aussi rassuré sur leur fiabilité, connaissant son penchant pour le minimalisme.

Qu’en est-il donc ?

Pour ce qui est du minimalisme : elles possèdent en effet certaines caractéristiques qui font que je les classe volontiers comme étant des chaussures plutôt minimalistes :

  • De la protection certes mais pas d’amorti confortable ( non vraiment, si tu cherches du moelleux, passe ton chemin ! ). Sur route ou sentiers durs, c’est manifeste.
  • Une bonne flexibilité pour laisser votre pied bouger dans tous les sens. Bien sûr rien à voir avec une Five Fingers puisque la priorité est de ne pas laisser un caillou transpercer votre pied dans une descente technique et rapide.
  • Une place confortable pour les orteils à l’avant.
  • Drop zéro : pas de talonnette à l’arrière comme sur les maximalistes.

En revanche – je ne suis pas le seul d’après les retours sur internet – , je suis gêné par le « support à la voute plantaire » : il y a clairement une bosse à l’intérieur au niveau de la voûte plantaire assez prononcée : en gros si vous n’avez pas vous-même une voûte plantaire bien dessinée, ça peut vous gêner. Je dis pas qu’il faut être mannequin pour pied pour être parfaitement à l’aise la première fois qu’on rentre dedans, mais un peu quand même. Néanmoins cette gêne ne m’empêche pas de les utiliser mais je ne rachèterai pas un autre modèle avec cette caractéristique a priori.

La foulée naturelle tient plus de l’argument commercial qu’autre chose ( c’est le coureur qui fait la foulée, on peut courir n’importe comment pieds nus aussi )  mais vu qu’on est en drop zéro avec peu d’amorti, si tu cours en atterrissant la jambe raide sur le talon tu vas souffrir; pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut donc une attaque médio-pied.  Je dirais même qu’il faut maîtriser sa foulée medio-pied : en transition LFR depuis plusieurs mois, j’ai pourtant parfois du mal à courir avec sur terrains durs. De par la protection fournie, la proprioception est amputée par rapport à des minimalismes plus classiques, les mécaniques de modération d’impact ne se mettent donc pas aussi automatiquement en place chez moi.

Protection : De ce côté là rien à redire, j’ai toute confiance en elles côté protection pour avoir mis plusieurs fois le pied sur des éléments franchement hostiles sans qu’elles ne mouftent et sans sentir de douleur. Le pari d’une chaussure à la fois très protectrice mais légère et dynamique est donc à mon sens parfaitement réussi.

Accroche : le temps actuel à Nantes m’a généreusement offert la possibilité de les tester dans de longues couches de boue : pas de souci rencontré, ça accroche bien.

Test #fivefingers sur chemins #lfr #minimalisme #run #running

A post shared by Yin (@yinrun.fr) on

Ouais ce sont pas les Merrell ci dessus, c’est juste pour faire joli et montrer de la boue. Alors, par exemple, ne courrez pas dans la boue avec les Five Fingers Kso evo visibles ci-dessus : déjà parce que ce sont les miennes; et ensuite parce que ça n’a d’intérêt que si vous êtes aussi débile que moi et que ça vous fait marrer d’avoir froid aux pieds en dérapant dans la boue.

Dynamisme et agilité : Le gros point fort des Merrell Bare Access Trail selon moi , elles me permettent des appuis extrêmement précis, je me sens voler comme un elfe en toute confiance dans les descentes techniques car elles sont proches du pied. Même sur des terrains relativement bordéliques, je n’ai presque jamais crains un appui foireux dangereux pour mes chevilles.

Pour conclure ce seront très probablement les chaussures que je vais utiliser pour mon premier trail en mars; tout simplement parce que je me sens très sûr de mes appuis avec, ce qui est un point crucial pour ne pas se casser la gueule et prendre mon pied dans les descentes.

Mais ce sont aussi des chaussures assez exigeantes qui requiert une biomécanique médio-pied bien rôdée à mon sens, et je dois avouer que je les trouve parfois un peu « dures » pour ma part.

Je suis un peu gêné au niveau de la voûte plantaire mais pas assez pour que ça éclipse les autres qualités de la chaussure que je recommande aux coureurs en nature à tendance minimaliste, à l’aise avec le médio-pied et en quête d’une protection sûre pour bourriner en descente les yeux fermés ( c’est une image hein, gardez les yeux ouverts quand vous courrez dans une descente).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s